Écrit par Antoine M

Lundi 4 août 2014.
Alors que nous entrons dans la seconde moitié de l’édition 2014, la vie paraît être un long fleuve tranquille. Tout du moins au sol.
Car dans les airs, il en va tout autrement : on a volé (remarquez, on est là pour ça quand même). Les Grands Vols ont eu un circuit de près de 360km, la classe Vitesse un de 276 et l’Amical une épreuve longue de 198 km. Les pilotes ont donc mis le cap vers l’Est (Pithiviers, Dordives, etc.). On a longtemps craint pour les concurrents sur le terrain lorsque l’on s’est retrouvés sous la grisaille et les averses. Alors que l’on a trouvé refuge sous le barnum de la buvette, certains spéculaient sur un hypothétique retour des concurrents (oh les vilains…). En d’autres termes, l’on s’attendait à connaître une pluie de vaches comme hier (pour rappel. Vainqueur chez les Grands Vols : Max dans U ; pour la Vitesse : Alfio dans le LA ; pour l’Amical : Stefan et Jeroen dans l’EH).
Mais les concurrents ont fait parler leur talent, puisque la grande majorité d’entre eux sont rentrés (on pense aussi à ceux qui n’ont pas eu cette chance. Courage). A tel point que Jacqueline s’ennuyait quelque peu au PC vache après le rush de dimanche. Elle n’était pas la seule, puisque pour Maurice aussi les minutes ont semblé passer telles des heures (au point d’en bailler..). Ou alors un comportement trop festif la veille expliquerait-il ce « petit coup de pompe » ?
Quoi qu’il en soit,  s’il fallait retenir une chose de cette journée, c’est que ce n’est pas parce qu’il pleut à Bailleau, qu’ailleurs il ne fait pas beau.